News

Projet Cap-Horn : les potes font l’actualité

Des kayakistes alpins à la conquête de l’Everest des mers.
13/12/2017
Ils sont repartis. Option nord de Wollaston. Ils sont à 4,5 kts avec des bateaux chargés, donc ils doivent bien bénéficier de la mer du vent. Ils mettent le cap sur le Canal Washington où ils devraient en plus être dans les temps pour bénéficier du courant de marée pour sortir.
Sortis de ce canal, il faut normalement compter deux mètres de creux, mais dès qu’ils auront viré le cap Doze, ils seront au surf.
Après, il y a différentes options pour se mettre à l’abri avant le coup de vent, mais dans tous les cas, ils sont partis pour faire des milles à grande vitesse.
13/12/2017
Ça y est, ils ont passé la Bahia Nassau et sont arrivés sur l’île de Wollaston dans la crique (caleta) Middle.
Une étape de presque 12h.
Message de Raph hier soir : « Traversee au top pause bouffe probablement moral et physique bon. Prevision meteo parfait le vent a moli a 2kn avant de virer nw vers14h la bise et merci ».

On attendait avec impatience ce message parce que même si la météo annonçait une grande fenêtre favorable, quand on est à 13000 km de là et qu’on a donné des éléments de choix, on a toujours des inquétudes.

12/12/2017 19:25
Ils sont en train de traverser la Bahia Nassau. Un des gros morceaux du parcours : 16 milles (30 km) ouverts sur l’est avec pas grand chose entre cette baie et l’Afrique.

Et si on s’organisait ?

Après discussion avec un certain nombre de kayakistes (au CKCV et ailleurs), il s’avère que nombre d’entre nous on envie de se former et/ou d’aborder d’autres pratiques.
Si c’est votre cas, vous pouvez accéder à un questionnaire qui peut nous permettre de mieux nous connaître et d’organiser des choses ensemble.
Dans un premier temps, c’est plutôt axé Mer et Formation, mais ça peut évoluer.

Répondre au questionnaire
Les résultats

Séance CKCV Esquimautage en douceur

Dans le menu Kayak > Apprentissage du kayak de mer > Plans de séances >
Esquimautage en souplesse séance 0

Ci-dessous la preuve qu’il n’y a pas besoin de gros bras pour esquimauter…
et qu’on peut s’entraîner au sec…